7 déc. 2016

Campagne Nationale de Vaccination de Masse Contre la Polio

CAMPAGNE NATIONALE DE VACCINATION DE MASSE CONTRE LA POLIO
DISCOURS DE LA COORDINATION HUB DE N’DJAMENA, UNICEF-TCHAD
JNV DE DECEMBRE 2016 Bodoro LE 03 DECEMBRE 2016

Excellence Monsieur le Gouverneur du Chari-Baguirmi;
M. Le Commandant de la Légion No13 ;
Monsieur le Préfet du Département du Baguirmi ;
M. Le Sous-Préfet de Massenya ;
M. Les Délégués régionaux du Chari-Baguirmi;
Sa Majesté le Sultan du Baguirmi;
M. Le Maire de la commune de Massenya ;
MM. Les Médecins Chefs de Districts ;
Mesdames, Messieurs les Autorités Civiles et Militaires ;
Messieurs  les Chefs traditionnels et religieux ;
Chers collègues du Système des Nations Unies ;
Mesdames, Messieurs les représentants des Organisations de la Société Civile ;
Laborieuse population de Bodoro;
Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs

Au cours des dernières années, nous avons assisté à plusieurs cérémonies de lancement et je suis heureuse de constater que le Gouvernement et ses partenaires restent assez concentrés sur l’objectif principal qui est d’éradiquer complètement la polio au Tchad.
Ce matin, nous nous retrouvons pour le lancement officiel des journées nationales de vaccination en riposte contre la Poliomyélite.
La présente campagne se déroule dans un contexte marqué par des bonnes nouvelles dans la lutte contre la polio. Le Tchad s’apprête à célébrer la quatrième année sans Polio.
Ces résultats sont obtenus grâce aux nombreuses campagnes de vaccination de masse organisées contre la polio.

Malgré des efforts fournis jusque-là, le virus continue de circuler dans les pays voisins comme le Nigeria, d’où 3 cas de poliovirus sauvage ont été découverts dans l’Etat de Bornou en aout dernier. Comme vous le savez, le virus ne connaît pas de frontière, donc vous conviendrez avec moi que le polio virus sauvage est bien aux portes du Tchad. En plus des risques externes, il faut signaler qu’en dépit d’inlassables efforts fournis jusque-là, les taux de couverture de la vaccination de routine restent assez bas. C’est pour cette raison que nous devons rester en éveil et surtout renforcer les mécanismes et les stratégies qui nous ont permis de récolter des résultats positifs au cours de ces dernières années.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,
Mesdames, Messieurs.

Je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour réitérer au Gouvernement, nos sincères félicitations pour les efforts déployés jusque-là et pour l’engagement des plus hautes autorités du Tchad en faveur de la lutte contre la poliomyélite.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,
Chers invités,
Population de Bodoro,

Permettez-moi d’insister sur la communication et la mobilisation sociale sans lesquelles nous n’aurons jamais eu les résultats dont nous en sommes fiers aujourd’hui.
Les stratégies de mobilisation sociale qui ont montré leur efficacité au cours des campagnes passées doivent être renforcées. Plus spécifiquement, l’accent devra être mis sur les activités de communication interpersonnelle qui permettront de résoudre les problèmes récurrents de refus de vaccin ou d’absence des enfants. Notre objectif, faut-il le rappeler, est d’atteindre tous les enfants y compris ceux vivant dans les zones les plus difficiles d’accès.

Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour saluer vivement l’implication des relais communautaires non seulement dans la communication interpersonnelle pendant les activités de vaccination supplémentaire, mais également je tiens à saluer leur appui dans les activités de vaccination de routine. Leur volonté est d’apporter une amélioration dans la couverture vaccinale des enfants en organisant les causeries éducatives dans les villages, quartiers et carrées.

Nous ne manquerons pas au passage d’encourager aussi les crieurs publics qui sont à pied d’œuvre pour informer les populations même les plus reculées.

Nous devons par conséquent, renforcer la vaccination de routine qui permet de pallier les insuffisances des campagnes ponctuelles de vaccination de masse. Nous devons amener les populations à comprendre que les campagnes de masse ne sauraient remplacer la vaccination de routine.  

Conscient de l’ampleur du défi à relever, l’UNICEF et l’OMS dont j’ai l’insigne honneur de représenter ici, réaffirment leur ferme volonté et leur engagement à accompagner le Gouvernement pour améliorer les indicateurs de santé et plus particulièrement la couverture vaccinale à travers le pays.

Monsieur  le Gouverneur, je m’en voudrais de terminer mon propos sans remercier une fois de plus le Gouvernement, le Ministre de la Santé Publique et vous particulièrement, pour avoir initié la présente campagne de masse et pour les efforts remarquables fournis pour étendre les activités vaccinales dans la région du Chari-Baguirmi.

Je vous remercie pour votre bien aimable attention.

3 déc. 2016

Lancement des activités de la campagne de vaccination

REPUBLIQUE DU TCHAD                                                                                                              UNITE-TRAVAIL-PROGRES
DELEGATION SANITAIRE REGIONALE DU CHARI-BAGUIRMI
Comité Régional de Suivi  des Activités de la vaccination
et de la Surveillance Epidémiologique Intégrée
Lancement régional
de la Campagne de vaccination en Riposte contre la Poliomyélite du 03 au 06 décembre 2016, Round5.
Région du Chari-Baguirmi

Aperçu de la région :
Le Chari-Baguirmi est une région agro-sylvo-pastorale, et frontalière avec la République du Cameroun sur une longueur de 130 km. De ce fait, la  DSR du Chari-Baguirmi a été retenue pour les Rounds en riposte contre la poliomyélite du 03 au 06 décembre 2016.
La région du Chari-Baguirmi comprend 03 Départements, 13 Sous-préfectures, 21 Chefferies  Traditionnelles  et 1 Sultanat ; environ 3000 villages s’y trouvent.
La DSR comprend 06 Districts sanitaires et 70 Zones de responsabilité.
 Carte sanitaire : 2 fleuves (Chari et Logone), limitrophe 7 DSR et 1 Pays (Cameroun, 130 km),
                               Une superficie de  61405 km².



Pour ce Round5, la population cible est de 200 472 Enfants de 0 – 59 mois ; 232 000 doses de VPO sont repartis entre les 06 DS.
Préparatifs :

Un plan de mise en œuvre et un chronogramme ont été élaborés pour l’exécution des activités de vaccination en riposte contre la poliomyélite Round5.
Réunions de mobilisation et de communication en cascade dans toutes les zones de responsabilités et DS sous la présidence des autorités administratives ;
Acquisition des intrants, le 1er décembre 2016 ;
Acquisition des fonds, le 02 décembre 2016 ;
Choix de la localité pour le lancement régional : Bodoro, dans le DS de Massenya.

Lancement régional à Bodoro :
Le lancement régional des activités de vaccination a eu lieu ce matin du 03 décembre à Bodoro, au DS de Massenya sous la présidence de  Monsieur le Gouverneur du Chari-Baguirmi DAOUD KINEFOUR, en présence des autorités administratives, politiques, religieuses et traditionnelles, des équipes cadres de la Délégation et Districts sanitaires, de la Consultante C4D de l’Unicef et du Superviseur national.
A cette occasion, Le Gouverneur a recommandé à toutes les unités administratives et sécuritaires d’apporter leur soutien et leur implication personnelle pour la réussite de cette riposte contre la poliomyélite, 4ème round pour le Chari-Baguirmi.
A l’occasion du coup d’envoi 89 enfants de 0-11 mois ont été vaccinés, repartis comme l’indique le tableau suivant :

  Enfants vaccinés VPO au lancement


0-11 mois   22
12-59 mois 67
0-59 mois   87

Lancement ce matin à Bodoro (S/P de Massenya) de la campagne régionale de riposte contre la polio

Lancement régional des activités de la campagne de vaccination des enfants de 0 à 5 ans, en riposte aux quatre cas de polio virus sauvages survenus au Nigeria, 4ème tour du genre dans la région du Chari-Baguirmi. La campagne à été lancée officiellement par le gouverneur de la région DAOUD KINEFOUR.
À Bodoro (S/P Massenya) en présence des autorités administratives, militaires, traditionnelles et de la population a sortie massivement pour la civilisation.
À cette occasion, le Délégué Sanitaire Régional Dr: YOUSSOUF à rappeler à l'auditoire l'utilité du calendrier vaccinal et les neufs(9) maladies évitables par la vaccination sont entre autres La diphtérie, L'hépatite B, La poliomyélite, La rage, La rougeole, La choléra, Le tétanos, La tuberculose, La varicelle.

26 nov. 2016

“Nous avons consolé les Kreda et le gouvernement a pris l’affaire en mains” Ahmat Bachir

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Ahmat Mahamat Bachir a fait le point de la situation de Nguéli dans un interview accordé à l’AFP. Le ministre s’est voulu rassurant “Nous avons consolé les Kreda et le gouvernement a pris l’affaire en mains”. “Les quatre véhicules des assaillants sont entre les mains de la police et plusieurs personnes ont été arrêtées”. “Nous avons pris toutes les dispositions sécuritaires pour qu’il n’y ait pas de représailles”.

Il est revenu sur le déroulé de la journée d’aujourd’hui. “Des personnes à bord de quatre véhicules ont débarqué au domicile du défunt (…) et il s’en est suivi une bagarre entre Zaghawa et Kreda”. Il a confirmé le bilan de cinq morts, dont une femme et de nombreux blessés.

Pour rappel, le quartier Ngéli dans le 9e arrondissement de N’Djamena vie depuis jeudi soir une situation de trouble suite à une dispute entre jeunes sur le terrain de football qui s’est soldé par la mort d’un d’entre eux. La famille du défunt dans la colère s’est vengée en brulant le domicile des parents du “meurtrier”. Depuis lors la tension est vive entre les deux communautés dont sont originaires les jeunes impliqués.

Tchad : dernier bilan des affrontements de Ngueli 4 morts selon le chef communautaire Mahamat Ouleda

La rédaction a pu interviewer M. Tahir Mahamat Ouleda chef de race d’une de communauté impliquée dans l’affrontement intercommunautaire de Ngueli. Il revient dans les détails et fait les points sur les circonstances des troubles ayant entrainé 4 morts ce matin. M. Ouleda adresse un message d’apaisement et d’appel à la retenue aux communautés impliquées.
« Ce matin vers 9h les femmes qui étaient à la place mortuaire ont voulu attaquer des femmes de l’autre camp au marché de Ngueli. Les hommes sont intervenus pour empêcher cette bagarre. Mais subitement sept véhicules sont venus les entourer. Dans un des véhicules, un homme sort une arme et tire sur la foule faisant plusieurs victimes. Après les forfaits ils sont partis, l‘incident s’est déroulé à côté du marché de Ngueli.
Nous sommes allés trouver trois corps sans vie sur le terrain à Ngueli. Il y a huit femmes blessées. Il y a également un quatrième blessé qui est mort. Nous comptons actuellement quatre morts au total.
Pour calmer les esprits, nous avons reçu la visite des trois ministres, des députés de la région et des responsables de sécurité. Ils ont pu temporiser la situation qui était très vive. Pour le moment, nous pleurons 4 morts, mais la situation est calme. Lors de leur visite, les ministres nous ont dit que les auteurs de cet acte odieux et les instigateurs sont arrêtés.
Pour éviter d’éventuels débordements, nous nous sommes regroupés chez notre député. Ce qui est arrivé est arrivé Dieu a décidé ainsi. Nous sommes ouverts au dialogue parce que ce n’est pas la peine de continuer à se tuer. Nous voulons une issue seulement à ce problème.
J’appelle toute la communauté au calme et à la retenue. La violence ne résout rien. Dieu a voulu ainsi et il faut accepter. Dans cette situation la patience doit animer les esprits. »
Source Tchadinfos

Tchad : 5 morts à Nguéli dans un affrontement intercommunautaire

L’ accident déplorable ayant entrainer la mort d’un jeune suite à un match de football que nous avons annoncé hier, continue à faire de victimes. “ Aujourd’hui aux alentours de 9h une forte délégation à débarquer au lieu de la place mortuaire s’en est suivi des échauffourées qui ont causer la mort de 5 personnes dont une femme” nous fait savoir le chef communautaire M. Tahir Mahamat Ouled.

Le quartier de Ngueli est complètement quadrillé, l’accès y est difficile, la circulation est bloquée depuis le rond-point de Walia. L’ambiance est celle d’un état de siège, des éléments de la Garde nomade, de l’armée de terre, la gendarmerie et la police patrouillent dans le quartier. Les rues sont vides et l’atmosphère très tendue.

De loin on observe un attroupement de militaires au lieu de la place mortuaire, des hommes sont en concertations. Des tractations sont en cours nous faire savoir une personne présente sur le lieu que nous avons joint au téléphone.
Source Tchadinfos

Affrontements à Ngueli : 18 blessés et une trentaine d’interpellations

Suite à l’affrontement intercommunautaire ayant causé cinq morts, ce samedi 26 novembre 2016, à Ngueli dans le 9e arrondissement municipal de N’Djaména. Les ministres de la Sécurité publique et de l’Immigration M. Ahmat Mahamat Bachir et son collègue de l’Administration du Territoire M. Bachar Ali Souleymane, accompagné des directeurs généraux de la Police nationale, de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS), et plusieurs autres responsables des sécurités se sont rendus sur le lieu. Ils ont rencontré les deux parties. L’on ignore jusque-là ce qui ressort de leur discussion.

Après leur départ, un calme précaire semble être revenu dans le quartier barricadé toute la journée. Le marché de Ngueli qui s’est vidé de ses commerçants ayant abandonné leurs marchandises suite aux tirs d’armes, vois les gens revenir petit à petit. La circulation dans le quartier reprend peu à peu.

Une source policière nous informe qu’il y a eu au total 18 blessés dont 12 transférés à l’HGRN, 5 à l’HATC et 1 à l’hôpital régional de Kousseri la ville camerounaise. D’après cette source, il y a également une trentaine d’interpellations, mais le nombre des arrestations pourrait augmenter.

Une source contactée au niveau de l’HATC, confirme le nombre des blessés admis dans ce centre hospitalier, dont trois cas très graves et une vieille femme qui risquerait de perdre ses jambes.
En effet, tout est parti par la mort d’un adolescent de 16 ans, nommé Abakar Mahamat, sur un terrain de football après une altercation avec l’un des joueurs la victime a reçu un morceau de brique et a succombé sur-le-champ. La famille de la victime Abakar Mahamat, majoritairement composée des femmes ont pris d’assaut le domicile de « l’assassin » et y ont mis le feu.
Source Tchadinfos