23 oct. 2016

maquillage avec le premier top 10 des maquillages les plus terrifiants !

A quelques jours d’ Halloween , nous avons décidé de lancer un grand dossier pour vous donner des idées de déguisements. Vous retrouverez aussi des idées de recettes de cuisines. Il y aura aussi une partie série télé et cinéma pour frissonner devant sa télé seul ou entre amis. Aujourd’hui MCE vous dévoile son top 10 des maquillages les plus terrifiants !.

HALLOWEEN 2016: TOP 10 DES MAQUILLAGES LES PLUS TERRIFIANTS !

Vous avez été très nombreux à nous demander des idées de maquillages. Pour vous donner des idées, nous avons aussi décidé de vous présenter notre premier top 10 des maquillages les plus terrifiants.
10 Le visage d’une morte vivante toute fripée digne de certains films d’horreur, angoissant et terrifiant !
9 Le visage d’une personne avec les paupières arrachées et aussi la bouche cousue, horrible !
8 Le visage d’une infirmière défigurée, la peau de sa mâchoire et de son menton a été arrachée…
7 Un maquillage de squelette qui part de la poitrine pour remplacer votre visage par des os très bien réalisés.
6 Un maquillage de clown horrible avec une énorme bouche qui laisse apparaître des crocs acérées, la personne est prête à vous dévorer !

LES 5 MAQUILLAGES LES PLUS TERRIFIANTS !

5 Un maquillage de morte vivante blanc et bleu, si vous la voyez dans la rue, courez le plus vite possible sinon elle va vous dévorer tout cru.
4 Un maquillage horrible, la personne n’a plus de nez mais une énorme bouche prête à vous dévorer, encore pire qu’une attaque de requin !
3 Un maquillage de démon noire prêt à vous faire passer du mauvais coté, ces grands yeux noirs pourraient vous faire faire des cauchemars jusqu’à la fin de votre vie.
2 Un maquillage ensanglanté, la personne s’est faite mordre par un zombie, un vampire ou un animal féroce. Elle n’a plus de joue et sa mâchoire est visible de profil…
1 Un maquillage horrible, la personne n’a plus de nez mais une énorme bouche prête à vous dévorer, encore pire qu’une attaque de requin !

22 oct. 2016

Google installe un Wi-Fi gratuit pour tous!

Bientôt, internet pour tous ne sera plus un rêve. Après le lancement de Free Basics by Facebook, à Google maintenant de doter tous les endroits publics de la planète de Wi-Fi gratuit.

Google y a travaillé depuis 2014

En 2014 déjà, le géant du web a effectué des investissements énormes pour financer le Wi-Fi gratuit dans les endroits publics de San Francisco. A cette époque, plus de trente lieux ont pu bénéficier de cette aubaine: les aires de jeux, les places et les parcs, les aéroports, les bibliothèques,… Et ça ne s’arrête pas là!

En 2015, le travail continue

Depuis l’année dernière, il collabore avec
India Railway pour installer des hotspots dans les gares indiennes. L’objectif étant d’équiper plus de 400 gares d’internet haut débit, fiable et sécurisé. Le projet continue et les bonnes nouvelles avec. Eh oui, Google veut étendre son projet.

2016: Google Station bientôt sur pied!

Pas plus tard que 27 septembre dernier, Google a encore annoncé vouloir élargir ce projet dans le reste du monde. Il y a donc une forte chance que Madagascar en fasse partie. Le nom du projet? Google Station.
Ce nom est sans doute justifié par son concept initial, celui de doter toutes les gares et les stations de Wi-Fi gratuit. Mais comme Madagascar n’en dispose pas beaucoup, en tout cas pas en bonne et due forme, on peut toujours espérer en avoir dans les jardins publics, les bibliothèques et pourquoi pas dans les bus?
Dans tous les cas, le géant entend sérieusement réaliser ce projet de sorte qu’un site a été spécialement mis en place pour en trouver des partenaires.

15 oct. 2016

Tigo Tchad lance son service Tigo Business « Une solution pour chaque entreprise »

La société de téléphonie mobile Millicom Tchad a lancé jeudi 13 octobre 2016 son nouveau service « Tigo Business ». Cette marque représente la personnification des équipes de Tigo dédiées au monde de l’entreprise.

Dans le souci d’accompagner le développement du Tchad, la société de téléphonie mobile Tigo a beaucoup investi et continue à investir. Elle se veut le partenaire fiable de ses clients aussi bien aujourd’hui que dans l’avenir. C’est pourquoi, grâce à ses services compétents, Tigo se met constamment à la recherche des solutions technologiques pour répondre aux besoins de sa clientèle et accompagner les entreprises dans leur croissance. C’est l’essence même du service Tigo Business.

Selon le Responsable B2B de Millicom Tchad, M. Jean-Marc Aubert, Tigo Business comprend une gamme très large de services à commencer par le mobile, en allant vers l’accès internet avec l’interconnexion entre sites et la colocation. Il y a également d’autres offres plus spécifiques offertes par le service à sa clientèle notamment : les solutions M2M pour les clients qui font du tracking ainsi que du SMS Banking. Les offres de Tigo Business permettent de maitriser les budgets de communication, et une intégration directe dans l’économie du client.

Les avantages de Tigo Business sont axés sur plusieurs points dont le plus essentiel est la compétence des équipes disponibles pour répondre aux besoins techniques notamment de téléphonie, d’accès internet ou de solutions data de la clientèle.

Tigo Business est une direction indépendante directement rattachée à la Direction générale de Tigo avec une quarantaine de personnes disponibles pour les clients. Il comprend quatre grands départements à savoir : Marketing, Commercial, Technique et Administratif.

Avec plus de 3 millions d’abonnés au Tchad, Tigo assure aujourd’hui la plus grande couverture avec la meilleure qualité de réseau. Il est aussi le leader en service financier mobile au Tchad.

Concert de Maître Gims à N'Djamena: les tarifs des deux spectacles

Le concert de Maître Gims dans le district de N'Djamena (Tchad) est sans doute l’un des événements culturels les plus attendus par la jeunesse tchadienne. Le célèbre rappeur du groupe Sexion d’Assaut se produira dans la capitale tchadienne pour deux spectacles inédits les 4 et 5 novembre 2016. Mais pour assister à l’un des shows du rappeur, il faudra mettre la main à la poche, surtout pour ceux qui souhaitent prendre part à son 1er show vendredi le 4 novembre.

Evénement inédit dans la capitale tchadienne ce week-end

Ce mois de novembre sera celui des grands rendez-vous culturels au Tchad avec la multitude d’événements qui prévus pour ce dixième mois de l’année. Parmi les grandes dates à retenir, le concert qui sera donné par Maître Gims à N'Djamena début novembre. Le rappeur congolais le plus en vogue de côté de la France est présent avec son staff dans la capitale tchadienne pour deux grands spectacles prévus pour les 4 et 5 novembre. Pour vendredi le 4 novembre, l’auteur de « sapé comme jamais » donnera une prestation privée en live depuis le Novotel La Tchadienne dès 20h. Pour ceux qui n’auront pas la chance d’assister à ce premier show, ils auront l’occasion de se rattraper le jour suivant, c’est-à-dire le samedi 5 novembre au Stade Idriss Mahamat Ouya à 17h.

Les tarifs du concert donné par Maître Gims

Pour voir jouer sur scène la star du groupe Sexion d’Assaut ce vendredi 4 novembre 2016, les spectateurs devront mettre sur la table une somme de 50.000 francs CFA (-10% payer par Airtel Money), correspondant au prix d’un ticket pour assister à ce concert privé.
A défaut d’avoir les moyens pour ce 1er des deux spectacles qui seront donnés à N'Djamena, les fans milliers de fans que compte le rappeur au Tchad devront se contenter du second show où les tarifs des billets sont un peu plus accessibles. Pour le grand live de l’artiste congolais ouvert au public le 5 novembre, les spectateurs devront débourser 5.000 francs CFA(-10% payer par Airtel Money) pour une place VIP ou 2.000 frs CFA(-10% payer par Airtel Money) pour le siège grand public.

             ARTISTES INVITÉS

SULTAN-DECIBEL-DARSILA-MELODJI-ROBIHON DE SOUZA-TAWA-MANDARGUE

            POINT DE VENTE
- Alimentation Générale
- Modern Market
- Novotel  La Tchadienne
- Boutiques et Kiosques Airtel

         INFOS ET RÉSERVATIONS
+235 65 13 20 17 - 66 27 99 34

10 oct. 2016

Tchad : un prisonnier du commissariat central de N’Djamena décède après torture

Abakar Mahamat, un citoyen tchadien la cinquantaine révolue a trouvé la mort de suite de torture dans les geôles du commissariat central de N’Djamena.

Selon nos confrères de Fm liberté il a passé 27 jours en prison sans être transféré à la maison d’arrêt. Son frère témoignant sur FM liberté affirme qu’il serait arrêté pour une affaire de vente de voiture dont le montant n’a pas été totalement versé. Il a été évacué àl’hôpital, mais c’est fût trop tard, il a rendu l’âme.

Tchad : timide reprise des activités dans la capitale N'Djamena

Ce matin bon nombre des fonctionnaires ont fait l’effort de faire un tour au bureau. La grève sèche lancée par l’UST (Union des Syndicats du Tchad) devrait être ajournée vu que l’une des revendications majeures a été honorée par le gouvernement. Les salaires du mois d'août ont été payés.

« Je suis venu vérifier l’effectivité de la circulaire du Premier ministre », nous fait savoir Adoum Ali. En effet le Premier ministre a signé une circulaire demandant aux agents de l’état de reprendre le travail et qu’une liste de présence soit dressée chaque jour.  Cette circulaire a fait peur à beaucoup des fonctionnaires qui se sont rendus à leurs lieux de travail afin de pointer, sans autant pour travailler. Ils se sont regroupés dans la cour des ministères pour la plupart. Vers midi chacun a regagné son domicile. L’union des syndicats du Tchad appelle les travailleurs à la vigilance et met en garde le patronat de toutes formes d’intimidations sur les travailleurs du privé. Quelques écoles privées ont repris les cours ce matin, notamment le lycée collège adventiste, collège évangélique. Quant aux écoles publiques, aucune d’elles n’a encore ouvert ses portes depuis la rentrée scolaire le 15 septembre dernier.

6 oct. 2016

La meilleure des choses à offrir à tout le monde sur la terre c'est le sourire

La meilleure des choses à offrir à tout
le monde sur la terre c'est le sourire:

»Votre adversaire la tolérance;
»Votre ennemi(e) le pardon;
»Vous-même la vigueur;
»Votre fils ou fille l'exemple;
»Votre père ou mère le respect;
»Votre voisin(e) le bon voisinage;
»Votre ami ou amie la sincérité;
»Votre frère ou soeur la loyauté;
»Votre époux ou épouse la fidélité;
»Votre nation, c'est la paix
Auteur: ALI ABDELKADER FOULATY

5 oct. 2016

Les Droits de l’enfant au Tchad

Le Tchad a ratifié la Convention relative aux Droits de l’enfant

 Aborder la question des droits de l‘enfant et de sa protection juridique renvoie inévitablement à s’interroger sur le niveau d’application de la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant (CDE), et de bon nombre d’instruments juridiques internationaux protégeant les enfants.

                        L’intérêt supérieur de l’enfant

Sur le plan pénal, la compromission de l’état civil 
constitue un crime sévèrement puni à l’article 286 du Code Pénal. C’est notamment l’un des articles visé par la Cour Criminelle pour poursuivre les membres de l’ONG Arche de Zoé. Par rapport à la liberté d’opinion, aucune disposition légale ne vise expressément la liberté d’opinion de l’enfant. Cependant, devant les tribunaux, lorsque les circonstances l’exigent, et particulièrement l’intérêt supérieur de l’enfant, le juge recourt à son opinion pour trancher. L’un des objectifs de la CDE veut que l’éducation soit un moyen de préparer l’enfant à une vie adulte. Le droit à l’éducation est un droit fondamental reconnu par la Constitution de la République. Ce droit a été réitéré par la loi n° 16/PR/06 du 13 mars 2006 portant orientation du système éducatif tchadien dont l’une des missions est de développer entre les jeunes l’amour de la patrie, etc. (article 12). L’Éducation fait partie des secteurs prioritaires et figure en bonne place dans le document de stratégie nationale de réduction de la pauvreté (DSNRP). Des actions sont mises en œuvre dans le respect d’autres droits tels que le droit aux loisirs et activités culturelles, le droit à la santé. Dans l’esprit de la CDE, le jeu est aussi une part essentielle du développement de l’enfant. Les enfants qui, pour une raison ou une autre, sont incapables de jouer risquent de manquer plus tard de certains compétences sociales et personnelles importantes. Les droits culturels des enfants au sens de l’article 31 de la CDE, comprennent à la fois le droit d’avoir accès à des évènements culturels et artistiques qui favorisent leur développement et leur droit de se lancer eux-mêmes dans de telles activités.

Le droit à une protection spéciale

L’enfance est une période qui nécessite protection. Cette protection vise à garantir aux enfants un environnement protecteur contre toutes formes de violence, d’abus, d’exploitation et de négligence. Cependant, certains enfants méritent, en raison de leur vulnérabilité particulière de plus d’attention d’où la protection spéciale. Ce sont : les enfants travailleurs, en conflit avec la loi, victimes d’abus et d’exploitation sexuels, victimes de la traite, associés aux forces et groupes armés et ceux vivant dans les zones de conflits, réfugiés, les enfants de minorités ou d’autochtones, les enfants utilisés pour l’usage illicite de la drogue. Dans ces différents domaines, des mesures ont été prises par le Tchad et des actions sont menées par le pays, souvent avec l’appui de ses partenaires.


                 Un large dispositif juridique

Avant toute discussion devant le Comité chargé des Droits de l’Enfant, le rapport pays est transmis à la coordination de la société civile de chaque État pour appréciation. Le rapport sanctionnant les observations est appelé rapport alternatif. Il est discuté en session préliminaire. L’exercice permet de s’assurer de l’exactitude des informations fournies par l’Etat partie. En application des articles 4, 42, et 44, paragraphe 6 de la Convention Relative aux Droits de l’Enfant, le Tchad a pris des mesures relatives à l’amélioration du statut juridique de l’enfant en ratifiant les deux protocoles facultatifs à la CDE relatifs à la vente, à la prostitution et à la pornographie mettant en scène les enfants et à l’implication des enfants dans les conflits armés, les conventions de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur l’âge minimum d’admission à l’emploi (convention 138) et celle interdisant les pires formes de travail des enfants (la 182), l’Accord Multilatéral de Coopération Régionale de lutte contre la Traite des personnes, en particulier celle des femmes et des enfants, la Convention de la Haye sur la coopération et la protection des enfants en matière d’adoption internationale du 29 mai 1993, le Protocole Additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes en particulier celle des femmes et des enfants, la Convention sur les aspects civils de l’enlèvement internationaux d’enfants, la Convention concernant la compétence, la loi applicable, la reconnaissance, l’exécution et la coopération en matière de responsabilité parentale et de mesures de protection des enfants. Une étude sur l’harmonisation de la législation interne (le Code Pénal, le Code de procédure Pénal, le Code Civil, le Code du Travail, le Décret portant Statut des Établissements Pénitentiaires etc.) Avec les instruments juridiques internationaux (CDE et CADE), a été réalisée en 2001. Des lois ont été également promulguées (loi N°04/PR/98 du 07 août 1998, portant organisation judiciaire qui prévoit au siège de chaque tribunal de première instance une chambre pour enfants, loi N°07/PR/99 du 06 avril 1999, portant procédure de poursuite et de jugement des infractions commises par les mineurs de 13 à moins de 18 ans, loi N°06/PR/2002 du 15 avril 2002, portant promotion de la santé de reproduction qui interdit le mariage précoce, les mutilations génitales féminines (MGF) et les actes de torture, loi n° 16/PR/06 du 13 mars 2006 portant orientation du système éducatif tchadien, la loi 007/PR/2007 du 09 mai 2007 portant protection des personnes handicapées, la loi 19/PR/2007 de novembre 2007 de lutte contre le VIH/sida et protégeant les Personnes vivant avec le VIH/sida. D’autres sont en cours d’adoption. Des programmes et politiques en faveur des enfants ont été également initiés pour aider à l’atteinte des objectifs fixés dans les engagements pris. Des efforts sont également fournis pour le renforcement des libertés et droits civils de l’enfant (réforme et de modernisation de l’État Civil, compilation des textes en vigueur régissant l’état civil, campagnes de sensibilisation à l’endroit des leaders d’opinion et les communautés sur l’importance de l’enregistrement des enfants à la naissance).
Que contient la Convention des droits de l’enfant ?

Elle contienne 54 articles sont entre autres: 
Le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité;
Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée;
Le droit d’aller à l’école;
Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation;
Le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination;
Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir;
Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes;
Le droit de jouer et d’avoir des loisirs;
Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation;
Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé.
Les Droits de l’Enfant ne sont pas bien appliqué au Tchad

Le Tchad a ratifié la Convention relative aux Droits de l’Enfant et la Charte Africaine pour le bien-être de l’enfant, mais leur application pose de majeurs problèmes. La plus grande partie de la population tchadienne ne respecte pas les Droits de l’Enfant. Le déploiement des petits tchadiens en est donc puissamment affecté.
La promesse de la convention n'a pas été tenue, leurs droits ont été sauvagement bafoués, anéantissant leurs espoirs et leurs rêves d'une vie meilleure. 
L'âge minimum d’embauche des enfants tchadiens est de 14 ans ils sont Non-scolarisés, ceux-ci évoluent dans des conditions très pénibles.
Les enfants tchadiens errant et vivant dans les rues sont en constante augmentation; ceci est notamment dû à une situation financière très précaire. Bien souvent leurs droits à un logement, à la santé, à l’éducation et à la nutrition sont bafoués tout ce problème trouve sont origine à la mauvaise gouvernance.
 Ainsi, en raison d’une situation économique difficile, les familles nombreuses sont souvent contraintes de faire travailler leurs enfants dans des conditions très pénibles: longues heures de travail, petit salaire, pas de nourriture, etc. En outre, ils encourent les risques liés à la prostitution, la discrimination, la maltraitance.
Le régime actuel bafoue non seulement les personnes murs mais aussi les enfants qu'allons nous faire pour rendre justice.
Les principaux problèmes qui rencontrent les enfants tchadiens:
le Tchad fait partie des pays les plus pauvres du monde. La pauvreté qui touche une grande majorité de petits tchadiens, à des répercussions graves sur leur accès à  l'eau potable, à une alimentation saine et équilibrée, à des ressources financières suffisantes, à des services de l'éducation, de santé.
-Le droit à l'éducation: La population tchadienne est si hétéroclite que le droit à l’éducation des enfants s’en voit compromis. Des milliers d'enfants en âge d'aller à l'école primaire ne prennent pas le chemin des classes, alors que l'accès à l'éducation devrait être universel, gratuit et obligatoire. La majorité de ces enfants exclus de l'école sont les  filles.
 En outre, les parents hésitent souvent à scolariser leurs enfants. Seul un petit pourcentage d’enfants est scolarisés au Tchad. Au Tchad l’éducation est obligatoire, malgré l'État tchadien n'a pu construire des écoles dans certaines zones rurales, mais seulement une partie des enfants, en particulier les garçons, continue de suivre un enseignement après les classes primaires.
Agir pour une éducation de base de qualité et légalité des sexes
Imaginez un monde dans lequel chaque enfant, sans distinction de sexe, ni d’origine ethnique ou de contexte social, aurait accès à une éducation de qualité. l’UNICEF y croit et se bat tous les jours pour le réaliser.
-Assurer une éducation équitable aux filles et aux garçons, qui inclut les enfants issus des minorités, en situation de grande pauvreté ou encore de handicap; 
-Améliorer la qualité de l’enseignement via l’implication de la communauté, le soutien à la formation des enseignants et l’apport de matériel scolaire;
-Garantir un suivi sur le long terme, c’est-à-dire offrir aux enfants une éducation le plus tôt possible et le plus longtemps possible, avec des résultats concrets à la réussite de leurs avenirs;
-Maintenir l’éducation dans les situations d’urgence(guerres, catastrophes naturelles), afin de protéger les enfants et de les maintenir dans un système d’apprentissage.

Droit à la santé: Le gouvernement tchadien a construit les hôpitaux dans toutes les régions du pays, mais il manque encore dans les zones rurales, cependant dans la localité où vivent les villageois le taux de mortalité est très élevé. En effet, la raison d’un système d’assainissement inadéquat, d’un manque d’eau potable et d’une absence de services de santé dans les zones rurales, 200 enfants sur 1000 décèdent chaque année. De même que la malnutrition est inquiétante. En raison d’une mauvaise alimentation beaucoup d’enfants souffrent effectivement d’importants retards de croissance.
Agir pour une santé efficace
La santé est une condition essentielle de la survie des enfants et du développement de leur plein potentiel jusqu’à l’âge adulte.
Plus qu’un droit fondamental, elle est aussi un investissement pour la société tout entière et une condition des progrès sociaux et économiques.
Pour qu’elles soient efficaces, les interventions pour la santé des enfants doivent commencer dès la grossesse, se poursuivre à tous les âges de la vie et faire des femmes et des mères une priorité.
l’UNICEF joue un rôle majeur dans la vaccination des enfants qui représente l’un des investissements de santé publique les plus efficaces. Avec des millions de doses fournies chaque année, l’UNICEF est le principal fournisseur de vaccins dans le monde.
La vaccination sauve des milliers d’enfants par an en les protégeant contre des maladies mortelles ou invalidantes.
Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pourtous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder. C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.
L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales. 
La situation au Tchad et dans le monde.
 La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation. 
Au Tchad, des milliers d'enfants pauvres.
10000 enfants maltraités.
45.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel.
90.000 enfants placés ou pris en charge.
60.000 sont touchés par le saturnisme.
 record des suicides des 15-24 ans.
Plus de 100 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective.
8.000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
Parmi les nombreuses oeuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi je vous conseille de découvrir ses actions dans son site internet dédié.
Un site web à visiter: unicef chad

 

Massenya ou Tchikina

             Massenya ou Tchikina
                 
                    Administration:
                     Pays: Tchad
              Région: Chari-Baguirmi
              Département: Baguirmi
           Sous-préfecture: Massenya
       
                      Démographie
           Population: 4 680 habitants
       Coordonnées géographiques
     11° 24′ 11″ Nord, 16° 10′ 16″ Est

Massenya est une petite ville du Tchad. Elle était la capitale du royaume du Baguirmi et la résidence de son souverain le Mbang.
La ville est divisée en trois quartiers: le quartier Baguirmi où se trouvent le grand marché et la résidence du Roi, le quartier Haoussa créé par un chef religieux arabe du nom de Gombo Mahamat Oumar Abakar, venu du Nigeria, qui était un ami intime de Mbang Gaourang et l'imam de la grande mosquée de Massenya jusqu'à sa mort, et enfin le quartier Sara où se trouvent les bâtiments administratifs.
Massenya est appelle aussi Tchikina par les Baguirmis, Arabes, les Peuls et autres communautés. On y trouve des Peuls, des Arabes, des Saras, des Ouaddaiens, des Hadjarai, des Boulala, des Haoussas, des Moubis etc. Elle est le chef-lieu de la région du Chari-Baguirmi et du département du Baguirmi.

La ville de Bodoro Chari-Baguirmi Tchad

      La ville Bodoro Chari-Baguirmi Tchad
                 
                    Administration:
                     Pays: Tchad
              Région: Chari-Baguirmi
              Département: Baguirmi
      Sous-préfecture: Massenya(Bodoro)
       
                      Démographie
          Population: environ 5000 habitants
       Coordonnées géographiques
     11° 23′ 11″ Nord, 15° 10′ 16″ Est

Bodoro est une petite ville du Chari Baguirmi Tchad. Elle était une ville économique du Chari Baguirmi avec ses habitants plus de 5000 individus dont 80% des cultivateurs. La ville de Bodoro se situe entre Massenya et Moualé et loin de Massenya la distance entre Bodoro et Massenya environ 45Km. Elle est également entourée par des villages tels que:  Masiré 5,3km, Maleigne 5,5km, Ngadara 6km, N'Djamena Maleigne 6km, Delkodjou 8km, Tigué 6,9km, Motchone 7,7km, Marié 9,5km, Dole 10km, Sété 12,3km, Kobo16,2km, Pouro16,8km, Gougoum 19,8km, Oueské 20km, Koutbouli 21,7km, Amdjiamala 22,2km, Gouangala 26,6km.

La ville est divisée en cinq quartiers: le quartier Baguirmi au centre de la ville, où se trouvent le grand marché et la grande mosquée , le quartier Falata (Ngnaounderé) à l'Est, le quartier Ouaddaï (Koussiri) au Sud, quartier Moubi(Galkoulda) L'Ouest où se trouvent les bâtiments administratifs, quartier Boulala au Nord (Riad) et enfin le quartier Sara et Hadjaraï au Nord-Est.
Bodoro est appelle aussi Bodor par les Baguirmis,  les Boulala et autres communautés. On y trouve des Peuls, des Arabes, des Saras, des Ouaddaiens, des Hadjaraï, des Boulala, des Haoussa, des Moubi etc.
Si vous n'avez pas encore vu la ville de Bodoro n'hésitez pas de se rendre une fois à Bodoro. Vive les Bodorois et Bodoroises.

La fondation du royaume du Baguirmi

La fondation du royaume du Baguirmi entre le lac Tchad et le Chari se situe vers la fin du XVIe siècle. Selon la tradition, un groupe de chasseurs kinga, sous la conduite de Birni Mbese ou de Dokkenge, aurait fondé Massenya et obligé les populations de la région à rejeter la domination des Bilalas. Une autre tradition attribue la création du Baguirmi à des Peuls originaires du Fouta Toro. Une dernière tradition prétend que le Baguirmi aurait été l'œuvre de neuf frères venus de Ndjimi, au Kanem.

Quelle que soit la réalité, les Kinga ont certainement joué un rôle primordial, car ils ont toujours joui d'un prestige particulier à la cour de Massenya. Le pays se serait converti à l'islam entre 1620 et 1630.
Vassal du Bornou, le Baguirmi connaît une grande prospérité au XVIIIe siècle, grâce au commerce des esclaves que lui procurent d'incessantes expéditions chez les populations animistes du Sud. Mais dès le début du XIXe siècle commence le déclin du royaume, entouré de deux puissants voisins, le Bornou et le Ouaddaï, qui se disputent la suzeraineté du Baguirmi. De 1815 (date du premier pillage de Massenya) à 1835, le Baguirmi est ravagé tous les ans par les Ouaddaïens et les Bornouans. Le sultan en est réduit à payer un double tribut particulièrement lourd au Ouaddaï et au Bornou. L'arrivée de Rabah et la destruction de Massenya en 1894 achèvent de ruiner le pays. En 1897, le sultan Abdrahamane Gaourang II se place sous le protectorat français. Mais, à partir de 1915, le régime d'administration directe est appliqué au Baguirmi, et le sultan perd presque tous ses pouvoirs.
Le Baguirmi aurait compté, lors du passage de l'explorateur allemand Heinrich Barth, en 1850, 1 500 000 habitants, installés sur un territoire s'étendant sur 100 kilomètres du Nord au Sud et sur 60 kilomètres d'Est en Ouest. Au centre du pays, la capitale Massenya aurait compté quelques 25 000 habitants ;ceux-ci n'étaient plus que 10 000 en 1900. Actuellement, l'ancienne capitale compte un millier de personnes environ. Les Baguirmiens proprement dits, ou Barma, sont très minoritaires, même dans le district de Massenya.

BOUM MASSÉNIA CAPITALE DE L'ANCIEN ROYAUME DU BAGUIRMI

BOUM MASSÉNIA, CAPITALE DE L'ANCIEN ROYAUME DU BAGUIRMI
Les ruines de l'ancienne capitale du royaume barma, Boum Massénia, sont situées au Sud de la plaine tchadienne, en un lieu particulièrement isolé, à 75 km à l'Est du Chari et 20 km au nord-nord-Ouest de son affluent oriental le Bahr Erguig, latitude: 11° 33, longitude: 160 40, sur la rive septentrionale duquel s'élève le nouveau Massénia, préfecture du Chari-Baguirmi et résidence actuelle de la famille royale. La route qui relie cette dernière ville à Fort-Lamy franchit au kilomètre 23 l'enceinte de terre de l'ancienne cité ; usée par le temps, ce n'est plus qu'une longue ondulation sinueuse que l'observateur averti distingue avec peine tant le site est boisé. Aucun autre vestige n'est visible de la route, cependant quelques kilomètres, prend la coloration rose des briques provenant des anciennes constructions et ayant servi à son remblayage. Un étroit sentier conduit à un vaste ensemble de ruines, pans de murs et éboulis de briques cuites, correspondant au palais royal, à la mosquée et à plusieurs habitations de notables. Elles émergent d'une dense végétation de mimosées et de graminées qui recouvrent la totalité de l'ancien espace urbain.  Mas na tire son nom du mot mas  tamarinier en barma, et na, prénom de la femme peule que la tradition situe à l'origine de la ville; certains informateurs disent également que na est un démonstratif, mas na signifiant ce tamarinier-là ; bum désigne localement l'enceinte de terre crue qui enserre certaines villes et par extension là ville fortifiée elle-même.
L'ancienne capitale barma ne fut jamais une place commerciale importante, mais la résidence des Mbang, de leur cour et de leur gouvernement depuis une époque mal située correspondant à la fondation du royaume, au XVe ou XVIe siècle. Jusqu'en 1898, date à laquelle sur ordre du Mbang Gaourang, elle fut définitivement abandonnée. Celui-ci ne pouvant soutenir le siège que préparait Rabah fit incendier sa propre ville. Détruite de fond en comble, ses habitants dispersés, elle est depuis lors une ville morte. Quelques bergers peuls ou arabes, derrière leurs troupeaux.

4 oct. 2016

Mali : Le retour au bercail de l’ex Président ATT en exil à Dakar réclamé

Alors que le gouvernement malien a du mal à assurer la stabilité dans le nord du pays , des milliers de maliens ont investi samedi les rues de Bamako pour réclamerle retour de l’ancien Président ATT.

Rassemblés dans les rues à l’appel de 13 partis d’opposition et leaders de la société civile du Mali, environ 100 000 personnes ont réclamé ce samedi le retour dans leur pays de l’ex président Amadou Toumani Touré, qui vit en exil au Sénégal depuis quatre ans.

Réfugié à Dakar depuis près de trois aprèssa chute le 22 mars 2012 consécutive au coup de force militaire conduit par le général Amadou Haya Sanogo, les manifestants exigent son retour au bercail.

“Nous manifestons aussi pour réclamer le retour au pays de l’ancien Président  Amadou Toumani Touré et pour exiger des journées de concertations nationales pour sortir le pays de la crise” dans le norddu pays”, a déclaré un responsable de l’opposition.

Notons que l’ex Président ATT est menacé d’un procès pour “haute trahison” par le régime de l’actuel président Keïta, qui peine à rétablir la stabilité dans le pays malgré un accord de paix signé avec les différents groupes armés Touareg.

La semaine dernière, quatre députés ont décidé de quitter la majorité présidentielle pour rejoindre l’opposition pour dénoncer la mauvaise gouvernance du régime  IBK.

Droits des enfants au Burkina Faso: La COBUFAD interpelle le gouvernement

La coalition au Burkina Faso pour les droits de l’enfant (COBUFADE) a animé une conférence de presse autour du projet d’appui à la société civile en matière de plaidoyer et de suivi des droits de l’enfant au Burkina Faso. L’objectif de ce plaidoyer est la prise de mesures conséquentes afin que les droits de l’enfant soient respectés au Burkina Faso.

Le Burkina Faso a ratifié les principaux traitéset conventions sur les droits de l’enfant et certains protocoles additionnels. Ces traités et conventions sont,  la convention des Nations Unies relative aux Droits de l’enfant (CDE) ratifiée en juillet 1990, le Protocole facultatif à la CDE concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, ratifiée en 2006. A cela s’ajoute le protocole facultatif à la CDE relatif à l’implication des enfants dans les conflits armées ratifié en 2007, sans compter la convention des Nations Unies sur l’élimination de toute forme de discrimination contre les femmes (CEDEF) adoptée en 1987.

Le Burkina Faso a aussi ratifié charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant(CADBE) en 1992. Partant de ce constat  la Coalition au Burkina Faso pour les droits de l’enfant (COBUFADE) trouve que des actions sont menées pour le respect des droits de l’enfant. « Contrairement à d’autres pays de la sous-région, l’Etat du Burkina Faso se distingue honorablement en matière de production et de présentation des différents rapports de mise en œuvre des instruments juridiques internationaux auxquels il est partie », a constaté la Présidente du COBUFADE Solange Bassinga/Traoré.

Toutefois, cette coalition constate un retard accusé par le Burkina Faso dans la transmission de ses rapports d’étape. « Cette situation ne permet pas d’avoir des donnéess toujours fiables pour rendre objectivement compte de la situation de miseen œuvre des engagements en temps réel », souligne Solange Bassinga/Traoré. Selon elle, l’inexistence d’un code de protection de l’enfant au Burkina Faso constitue une faiblesse du dispositif juridique et institutionnel pour mieux garantir les droits des enfants.

C’est pourquoi, les membres de cette coalition ont souhaité que le gouvernement prenne des dispositions pour produire et transmettre les rapports pays et les protocoles facultatifs aux comités de traité des Nations Unies et de l’Union africaine. Cette coalition souhaite aussi que des dispositions soient prises pour mettre en œuvre les recommandations et observations faites à l’endroit du gouvernement burkinabè sur les différents rapports relatifs à la mise en œuvre de la convention relative aux droits de l’enfant et de la Charte africaine des droitset du bien-être de l’enfant.

Elle s’attend aussi à ce que le Burkina Faso ratifie le 3ème protocole facultatif à la CDE, adopte le plus rapidement possible le code de protection de l’enfant en élaboration depuis 2010, l’harmonisation dans tous les documents nationaux, l’âge de l’enfant à 18 ans et alloue un budget conséquent aux différents secteurs et programmes relatifs à la mise en œuvre des droits et du bien-être de l’enfant.

Les composants d’un ordinateur – périphérques. Les éléments connectés à la carte mère et constituant l’ordinateur

Les composants d’un ordinateur – périphérques. Les éléments connectés à la carte mère et constituant l’ordinateur.

Les principaux éléments connecté à la carte mère de l’ordinateur.
– La carte mère : qui relie tous les éléments constituant un ordinateur.
La principale fonction d’une carte mère est la mise en relation de ces composants par des bus sous forme de circuits imprimés. Elle comporte notamment des emplacements (ou « slots »), prévus pour accepter différents types de composants. Il y a par exemple un ou plusieurs emplacements prévus pour le(s) processeur(s), pour les barrettes mémoire, et des emplacements génériques pour les périphériques (voir ci-dessous).
– Le processeur ou microprocesseur (CPU) qui permet à l’ordinateur d’effectué les opérations (calculs) demandés.
Le microprocesseur est le cerveau de l’ordinateur où se déroulent ces calculs. Un microprocesseur est une puce électronique qui se présente sous la forme d’une boîte, dont la taille et la forme varient selon son degré de perfectionnement et la technologie qui a permis sa fabrication. Lorsque vous regardez à l’intérieur d’un ordinateur, il est souvent caché par un dispositif de refroidissement, qui lui permet de fonctionner à une vitesse élevée en conservant une température optimale.
Rmq : La vitesse (fréquence) de calcul d’un
processeur est exprimée en Htz (de nos jours les processeurs dépassent les 3 gHtz).
– Le(s) bus, système de communication entre les composants d’un ordinateur. Il(s) permet(tent) de connecter les différentes parties fonctionnelles de cet ordinateur entre elles.
En informatique, un bus permet le transport des informations entre différents composants d’un ordinateur. Il peut par exemple servir à relier le microprocesseur à la mémoire centrale, aux dispositifs de stockage ou aux périphériques. D’un point de vue technique, il est constitué d’un ensemble de fils (i.e. une nappe) ou de « pistes » sur un circuit intégré.
Chacune de ces pistes permet de véhiculer une information en parallèle. Par conséquent, leur nombre influe sur la vitesse de transfert des données entre les composants de l’ordinateur. C’est pour cela qu’on parle par exemple de processeurs en 32 ou 64 bits (un bit est un nombre binaire, c’est-à-dire une information élémentaire pouvant circuler sur l’un de ces fils à un moment donné).
– La mémoire vive (ou RAM pour « Random Access Memory »),
qui stocke les informations des programmes et données en cours de fonctionnement.
Rmq : La capacité de stockage de la mémoire s’exprime en octet (ou Byte), aujourd’hui la Ram d’un ordinateur peut atteindre plusieurs Gigas Bytes (GB).
– La carte graphique ou carte vidéo, qui
permet de produire une image pouvant être affichée sur un écran.
Rmq : La carte graphique envoie à l’écran des images stockées dans sa mémoire (Ram ou disque dur), à une fréquence et dans un format qui dépendent d’une part de l’écran branché et du port sur lequel il est branché (grâce au Plug and Play) et de sa configuration interne d’autre part.
– Les entrées-sorties : dispositifs qui permettent de communiquer avec le monde extérieur (Usb, port série etc).
– Le disque dur, qui stocke les informations des programmes et données de base de la machine.
Rmq : La capacité de stockage d’un disque dur s’exprime en octet (ou byte), aujourd’hui la capacité de stokckage peut atteindre plusieurs Terra Bytes (Tb).
– Le lecteur de disque : Qui peut être un lecteur et graveur en même temps. Il peut être un lecteur Cd-Rom, un lecteur Dvd-Rom, un lecteur Blue Ray etc.
Rmq : Le lecteur de disque est mit comme élément principal, mais il est maintenant bien souvent ramené à un élément dit : périphérique. (voir : les périphériques)
-L’alimentation électrique : bien sur tout ses composants ne pourraient fonctionner sans une source d’alimentation appelé Bloc d’alimentation.
D’autres éléments peuvent aussi être considérés comme principaux, mais l’on peut aussi les retrouver comme périphérique (voir : les périphériques) :
– la carte son
– la ou les cartes réseaux
Tous ces éléments une fois connecté à la carte mère constituent ce que l’on appel l’unité centrale de l’ordinateur.
Les périphériques connectés à la carte mère de l’ordinateur
Comme l’on vient de voir un ordinateur est
composé d’un assemblage d’éléments principaux, mais pour rentré en relation et interagir avec lui, il lui faut lui ajouter des
éléments appelés périphériques.
Les périphériques peuvent être soit interne soit externe à la structure de l’ordinateur (l’untité centrale).
On parlera alors de périphériques internes pour tous les appareils, éléments intégrés dans le boîtier de l’unité centrale (notion de carte) et de périphériques externes pour tous les appareils, éléments utilisant une connectique accessible de l’extérieur à l’unité centrale (usb, port série, port parallèle etc).
Rmq : Certains périphériques externes ne nécessitent pas d’alimentation électrique extérieure, du courant étant délivré par le port de données, tandis que d’autres doivent être reliés au secteur ou contiennent une batterie ou des piles.
Les différents types de périphériques
Il existe différents types de périphériques que l’on classe généralement en 3 types
Les périphériques d’entrée
Les périphériques de sortie
Les périphériques d’entrée-sortie
- Les périphériques d’entrée servent à fournir des informations (ou données) au système informatique.
On y retrouve principalement : clavier (frappe de texte), souris (pointage), scanner (numérisation de documents papier), micro, webcam, etc.
- Clavier : Permet d’écrire
- Souris : Permet de déplacer sur l’écran le curseur de pointage
- Scanner : Permet l’acquisition d’images, de textes sur un ordinateur
- Micro : Permet de capter une source sonore
- Webcam : Permet de capter une source animée.
-Les périphériques de sortie servent à faire sortir des informations du système informatique : écran, imprimante, haut-parleur, etc.
- Écran : Permet de visualiser les informations venant de l’ordinateur;
- Imprimante : permet de mettre sur support d’impression (papier, carton, plastique etc), des images, des textes, … provenant de l’ordinateur;
- Haut-parleur : permet d’émettre les sons provenant de l’ordinateur;
- Les périphériques d’entrée-sortie
On peut également ajouter des périphériques d’entrée-sortie qui opèrent dans les deux sens : un lecteur de CD-ROM ou une clé USB, par exemple, permettent de stocker des données (sortie) ainsi de les charger (entrée).
Le lecteur de disque : Qui peut être un lecteur et graveur en même temps. Il peut être un lecteur Cd-Rom, un lecteur Dvd-Rom, un lecteur Blue Ray etc. Il permet de lire ou d’écrire des données numériques (données informatique).
- Clé Usb : permet de lire et d’enregistrer des données informatique;
Disque dur externe : permet de lire et d’enregistrer des données informatiques;
- Carte son : permet d’acquérir les sons extérieur ou de restituer les sons venant de l’ordinateur;
Carte réseau : permet de se connecter sur un réseau (réseau interne : Intranet , réseau externe : Internet). Émission et réception du signal réseau.
Connexions à l’ordinateur
Sur les micro-ordinateurs, tous les
périphériques sont reliés à la carte mère par un connecteur que l’on insère :
a) Soit dans un port directement soudé à la carte mère.
Exemple des principaux ports de connexion :
Ports Usb , Série, Parallèle : qui permettent de conecter facilement des périphériques à l’ordinateur tels qu’une imprimante, une souris, un clavier, un disque dur externe, une webcam, un scanner etc.
Les ports PCI, PCI Express : qui permettent de connecter facilement à la carte mère des cartes additionnelles telles que la carte son, la carte vidéo, la carte réseau.
Les ports Séries ou Sérial-Ata : Pour connecter le(s) disque(s) dur(s) interne à l’ unité centrale, le(s) lecteur(s) de disque(s) (Cd-Rom, Dvd-Rom, Blue Ray) etc.
b) Soit dans un port disponible sur une carte d’extension, elle-même enfichée (soudé ou inscérer dans un port) sur la carte mère.
Exemple de principaux ports de connexion :
Prise écouteurs , prise micro : Relié en générale à la carte son qui nous permettent de connecter un micro et des écouteurs (haut-parleur) à notre ordinateur .
Port réseau (ou Lan) : Relié à la carte réseau et qui nous permet de nous brancher notre ordinateur au réseau internet (Intranet) ou externe (exemple : Internet).
Les port VGA ou DVI : relié à la carte graphique et qui nous permettent de relier notre ou nos écrans à l’ ordinateur .
La carte d’extension étant amovible, il est facile de la remplacer en cas de panne ou d’évolution technologique (exemple : carte son, carte réseau etc).
Pour reconnaitre Tous les composants reliés à la carte mère, l’ordinateur (ou le système d’exploitation installé sur le système informatique) doit disposer d’un logiciel (programme) qui lui permet de reconaitre le périphérique, c’est-à-dire un logiciel chargé de communiquer avec lui et d’intégrer ses fonctionnalités au système d’exploitation.
Ce logiciel ou programme est appelé pilote ou
driver (en anglais).
La plupart des périphériques sont amovibles, c’est-à-dire qu’ils peuvent être déconnectés de l’unité centrale sans empêcher celle-ci de fonctionner (Rmq : il faut parfois éteindre l’ordinateur avant de retirer le périphérique).

L'ELEVAGE AU TCHAD: BILAN ET PERSPECTIVES


L'ELEVAGE AU TCHAD:
BILAN ET PERSPECTIVES:

1) BILAN

L'élévage au Tchad est la deuxième source de revenus du Tchad après l'agriculture. Le Tchad possède un cheptel bovin important surtout dans la zone sahélienne et soudano-sahélienne non touchée par la glossine.
L'élévage bovin représente plus de 4,5 milliard de tête. Entre le Kanem et le Batha, on enregistre plus de 850.000 têtes chacun et dans le Chari Baguirmi, le Ouaddaï, Biltine et le Salamat.

La production du fait est de plus en plus de 15 millions de litres dont une partie est travaillée par la SONAPA les possibilités d'exploitation des produits et sous-produits de l'élevage sont nombreuse: exportation de la viande refrigerée, conserveries de viande, industries de cuir, fabriques de bouton e peignes (cornes), d'engrais (os), de sous-produits latiers (beurre, margarine, yaourt etc...).
Malgré ce bilan positif, l'élevage connait encore de nombreux problèmes: manque d'eau et de pâturage contraignant les éleveurs à de très longs déplacements (nomadisme pastoral); les maladies animales qui déciment le bétail; les ventes chandestines ou frauduleuses du bétail vers les pays voisins et l'état d'esprit des éleveurs qui producteurs potentiels de lait et de viande.

L'élevage au Tchad est mal intégré à l'économie nationale. Aussi il faudrait fournir de gros efforts pour encourager ce secteur. Citons entre autres, la réalisation des puits et forages pour les animaux, l'organisation des campagnes de vaccination, la distribution d'aliment de bétail, (sous-produits agro-industriels), la sensibilisation des éleveurs, le contrôle des exploitations et la surveillance des frontières, le lancement d'un projet national d'élevage.

Quelle est la différence qui existe entre ces trois espèces(Léopard, Guépard, Panthère)

- Le léopard est une espèce de félins de la sous-famille des panthérinés. Ce félin présente un pelage fauve tacheté de rosettes ; une forme mélanique existe également.
Excellant grimpeur et sauteur. Il a un corps long et musclé, bien proportionné, avec des pattes larges. Les muscles pectoraux sont développés pour lui permettre de grimper aux arbres. La queue est longue, recourbée vers le haut lorsqu'il marche et sert de balancier lorsqu'il se déplace dans les arbres.

- Le milieu qu'on trouve le léopard
Il se trouve essentiellement en Asie centrale et en Iran, dans certaines forêts indiennes où le tigre est absent, ainsi que dans certaines parties de l'Afrique du Sud, vallées montagneuses du Kenya, les forêts tropicales Ouest-africaines
(Congo, Gabon et le Cameroun ).
-Le régime alimentaire du léopard
Le léopard a un régime alimentaire très variés, il mange des termites, des grenouilles, des singes et il peut également manger des animaux comme les antilopes etc.

- Le guépard est un mammifère de la famille des félins. Il est de couleur jaune tachetée de noir. Ses pattes arrières sont plus longues que ses pattes avant ses oreilles sont rondes.
Il est aussi caractérisé par une trainée noire qui commence entre le coin de ses yeux et qui finit sur le bord de sa bouche.
        - Où vit le guépard?
Il vit généralement en Afrique, dans la savane. Il est possible de trouver des guépards dans les pays suivants: Éthiopie, Somalie, au nord de l'Afrique du Sud ainsi qu'au Sud du Sahara. Et également en Asie du Sud Ouest et en Iran.
- Le régime alimentaire du guépard
Le guépard est un carnivore, il se nourrit de mammifères moins de 50 kg tels que:
Les gazelles, antilopes, lapins  et parfois il mange des pintades.

- La panthère est également appelée  " léopard ", la panthère est un animal appartenant à la famille des félins. Sa fourrure toujours tacheté de noir.
             - Son lieu de vie
On trouve la panthère en Afrique et Asie, essentiellement dans les régions boisées mais aussi dans des zones semi-désertiques avec une végétation rare.
      - Son régime alimentaire
Elle chasse fréquemment des animaux plus gros tels que: les zèbres, gazelles, buffles et même les girafes.

3 oct. 2016

TOUS LES PRÉSIDENTS DU TCHAD

TOUS LES PRÉSIDENTS DU TCHAD

11 Août 1960: FRANÇOIS NGARTA TOMBALMBAYE 15 ANS
13 Avril 1975: GÉNÉRAL FÉLIX MALOUM NGARKOUTOU 4 ANS
11 Avril 1979: LOL MAHAMAT CHOUA 6 MOIS
10 Novembre 1979: GOUKOUNI WEDEYE 2 ANS
07 Juin 1982: HISSEINE HABRE 8 ANS
1er Décembre 1990: IDRISS DEBY ITNO ... ANS.

LES DATTES IMPORTANTES AU TCHAD
05 Septembre 1973: Fort-Lamy est devenu N'Djamena
22 Avril 1900: La mort de Rabbah et de commandant Lamy
15 Août 1899 : La poste militaire française est créée à Fort-Lamy
28 Novembre 1958: Proclamation de la République du Tchad
11 Août 1960: Indépendance du Tchad
20 Septembre 1960: Le Tchad  admit à l'organisation des nations unies
13 Avril 1975: La mort de Ngarta Tombalmbaye 1 er président du Tchad
12 Février 1979: guerre civile à N'Djamena
07 Juin 1982: prise de pouvoir par Hisseine Habré
1er Décembre 1990: journée de la liberté et de la démocratie
15 Janvier 1993: Conférence Nationale Souveraine du Tchad
03 Mars 1994 : la naissance de ALI ABDELKADER FOULATY (à BILTINE)
31 Mai 1996: vote de la constitution du Tchad
02Juin 1996:1ères élections présidentielles au Tchad;15 candidats étaient inscrits
08 Août 1996: Investiture du 1er président élu démocratiquement Idriss Deby
05 Juillet 1997: Dévaluation du Franc CFA à Dakar au Sénégal
08 Août 2001: 2ème investiture du président Idriss Deby
02 et 03 Février:En soldat aguerri,il a su retourner les situations en sa faveur.
 
Mr: ALI ABDELKADER FOULATY  Né le 03 Mars 1994 à Biltine
Tél: +23599495012
Tél: +23563976715
Email:aliabdelkader4@gmail.com
Fb:ali.abdelkader.961@facebook.com
Twitter:Aliabdelkaderfoulaty@twitter.com
Yahoo:alibendelkader@yahoo.com